2011-08-25 03:05

Parce qu'il n'y a pas que les bánh bao dans la vie

Il y a les bánh cam aussi :-)))

bancam1.JPG

Farce composée de soja, de noix de coco, et d'une bonne dose de sucre, qu'on emballe dans une pâte à base de farine de riz. Le tout est roulé dans les graines de sésame.

bancam2.JPG

Hop, à la friture...

bancam3.JPG

C'est gras, mais c'est bon :-)


Posted by St3rk | Permanent link | File under: humeur
- - - -

2011-08-11 11:28

Frais d'installation gratuits chez OVH

Je n'ai pas d'intérêts à faire de la pub à OVH, mais une info est passée un peu inaperçue : les frais d'installation sont maintenant offerts sur les serveurs dédiés, quelle que soit la durée d'engagement. C'est aussi le cas pour les VPS et les offres ADSL/SDSL.


Je m'en suis rendu compte par hasard en prennant mon dédié. Voici les explications d'Octave, datées du 5 juillet 2011 :

Bonjour,
Ça y est ! On a dépassé la barre psychologique
de 100'000 serveurs dédiés hébergés dans nos
datacentres. C'est un chiffre rond qui est
intéressant à rappeler quand on vous demandera
"Ovh, tu connais ?", "Ouais ouais j'étais là
quand ils ont dépassé 100'000 serveurs en
2011" ...  Voilà, voilà, Bref, on est content
d'héberger ces serveurs pour vous. La classe
Comment on pourrait fêter ça ?
On fait sauter les frais d'installation ? Sur
les serveurs dédiés, de VPS, de pCC et de la
téléphonie ? Allez ! Soyons fous à nouveau ! On
vit qu'une fois ! Voilà c'est fait. Il n'y a
plus de frais d'installation chez Ovh.
Combien de temps ?
On finit la mise en place de PCIDSS et on
devrait pouvoir gérer mieux le turnover à
travers le paiement automatique: vous
commandez un service chez Ovh puis quand
vous ne voulez plus renouveler vous
cliquez pour nous prévenir. Comme ça on
sait qu'on peut reprendre le serveur à
la date d'expiration du serveur. C'est ça
qui arrive grâce au PCIDSS
Sous quelques jours on va continuer la fête
avec le démarrage de tests avec les clients
américains et canadiens. On va leur offrir
quelques milliers de serveurs (5000) pour
prendre la température du marché US/CA et
de besoins. On va comprendre très vite ce
qui va chez Ovh et ce qui ne va pas.
Bref, la fête risque de se poursuivre et
on va pas de main morte ..
Amicalement
Octave
PS. On fait sauter les frais d'installation
ADSL/SDSL sous 10 jours environ. Le temps
de mettre la version gamma des offres.


Posted by St3rk | Permanent link | File under: autre
- - - -

2011-08-05 22:38

Feedback : Grado RS1, GS1000 et PS1000

GS1000.png

Tout est parti d'une paire de mousses. Jeudi, avant de partir du boulot, j'ai appellé quelques magasins de HI-FI pour trouver des pads "L-cush" à mettre sur mon Alessandro MS1. Bonne pioche, l'auditorium parisien en avait en stock, et le vendeur avait même l'air cordial.

Arrivé sur place quelques minutes plus tard, on me sort la paire de mousse. Un vendeur se présente, Omer, et me demande ce que je pense du 325i. Je lui explique qu'en raison du coût excessif des Grados en France, j'ai un Alessandro. On tape la discute quelques minutes, il a l'air content de voir un jeune qui s'intéresse au son. Il me propose de revenir le lendemain avec des CD pour une écoute. Le rendez-vous était pris :-)


Vendredi


Je repasse au magasin, avec mes CD en poche. L'accueil est toujours aussi chaleureux, surtout que j'avais bien précisé que je n’achèterai rien :
- Bon, vous voulez écouter quoi? SR80, SR125, SR225, SR325?
- C'est possible de "jeter une oreille" aux RS1 et RS2?
- Oui pas de problème. Ah, je n'ai plus de RS2. Un GS1000, ça vous va?

Je pense que vous imaginez bien ma déception, être obligé de tester un casque de cette gamme :-P

On part donc dans la salle d'écoute pour casques. Omer m'installe un fauteuil devant la platine, me branche sur l'ampli Grado RA-1, et me laisse profiter de l'écoute.

J'introduis le CD "One by one" dans la platine, je branche le RS1 à l'ampli, et c'est parti pour la piste 1 ("All my life"), que je connais bien. Ce casque a du charme. On reconnaît bien la signature grado, ce son à la fois dynamique et précis. De souvenir, le son est plus équilibré et moins fatiguant que celui de la gamme "plastique".
Je passe à l'album "In you honnor", et à la chanson du même nom. C'est difficile de rendre cette chanson correctement, elle est très dense. Et le RS1 me déçoit, il n'apporte pas la clarté à laquelle je m'attendais.
Attention, je ne dis pas que c'est un mauvais casque. Mais j'en attendais peut-être trop à force de lire tests et feedback.

Bon, on va essayer le GS1000. Je remet la chanson au début, je branche le casque, et c'est parti. Je trouve le son étouffé. Il doit être plus dur à driver. Je change d'ampli pour un Musical Fidelity M1HPA.

WAOUH!!!


C'est cette sensation que je m'attendais à éprouver avec le RS1. Le son est terriblement net, la scène s'est élargie. Chaque instrument est bien audible de manière individuelle, sans perdre en musicalité. J'ai l'impression d'être au milieu des musiciens. Les basses son bien présentes, plus qu'avec le RS1, sans être baveuses. Quelle claque...

Fin de la chanson. Piste 2, No way back. Incroyable. Je redécouvre cet album. Je ne pensais pas qu'il pouvait y avoir une telle différence entre deux casques de cette gamme. On pense souvent que plus on monte dans les prix, moins l'upgrade est preceptible. Le GS1000 a dû être construit pour prouver l'inverse.

Fin de la chansons. C'est marrant, elle est passée plus vite que d'habitude. À ce moment, je pense encore que je vais remettre la piste au début pour l'écouter avec le RS1. Trop tard, première notes de guitare acoustique de "Best of you". Je reste scotché. Finalement il est bien ce casque sur ma tête...

Plein de bonne volonté, j'arrive à le retirer avant le début de "LOA". Je branche le RS1 sur l'ampli Musical Fidelity. Ah oui, la différence est flagrante. Le son me parait brouillon, les aigus m'agressent les oreilles. Ça veut dire quoi spacialisation, déjà?

Peut-être que l'ampli n'arrange pas les choses, je repasse sur le RA-1. Les aigus sont légèrement adoucis, mais pas de miracle. Quelle idée aussi d'essayer le GS1000?

Omer entre dans la salle, me demande ce que j'en pense. Il est d'accord sur l'ampleur du gap entre le RS1 et le GS1000. Il doit fermer la boutique, il est 19h00. Je suis tombé dans une faille spatio-temporelle, ou quoi?

Il me propose de revenir demain à 15h essayer le PS1000. Ça ne se refuse pas...

Attention, je tiens à modérer ces impressions. Le RS1 est un très bon casque, mais le GS1000 est clairement un cran au dessus (en terme de prix aussi). Ces deux casques ne sont pas comparables, c'était donc perdu d'avance pour le pauvre RS1.


Samedi


Retour à l'auditorium parisien vers 15h. Omer me ré-installe dans la salle découte, en compagnie du GS1000, du PS1000, et du Musical Fidelity M1HPA. J'ai ramené les mêmes CD que la veille, cette fois-ci je vais me concentrer sur l'album "In your honnor", qui a le mérite des comporter des chansons très heavy, mais aussi des pistes acoustiques.

Échauffement. Je branche le GS1000, afin de ne pas tomber dans la comparaison "de mémoire", et j'écoute la piste 1. La scène est toujours aussi large qu'hier soir. Ces basses rondes et précises, quel délice. Fin de la piste. J'ouvre la boite du PS1000. La finition et magnifique, le cuir et l'aluminium vont si bien ensemble. Je l'attrape, et constate son poids conséquent. Rien à voir avec son petit frère. Malheureusement, le confort s'en ressent : l'arceau appuie de manière désagréable sur le haut du crâne, et les rapides mouvements de tête sont à proscrire, sous peine de faire bouger le casque.

Piste 1, lecture. Dès les premières notes, on réalise qu'on a bien à faire à un grado, à ses basses sèches, à ses aigus précis et incisifs. La différence ressentie entre le GS1000 et le PS1000 est inférieure à celle entre le GS1000 et le RS1, car on gagne peu (pas?) en spacialisation. Par contre tous ces détails... Je me concentre sur le batteur. Un plaisir. Chaque coup est audible, la cymbale sonne parfaitement juste.

En contrepartie, l'écoute est plus fatigante, le son est plus agressif. Ajoutez ça à l'inconfort, et vous obtenez un casque taillé pour une écoute courte et concentrée. Je ne m'imagine pas porter ce casque plusieurs heures tout en faisant autre chose.

Bon, passons au deuxième CD, et à la partie acoustique de cet album. Le PS1000 est taillé pour ça, on imagine le guitariste pincer chaque corde. Les aigus et les medium aigus sont bien le point fort de ce casque. Est-ce grâce à l'aluminium?

Une heure est passée, il est l'heure de repartir. J'aide Omer à ranger les casques, on discute de la gamme grado, de mes impressions. Il me dit que le côté fatiguant du PS1000 s'atténue avec le rodage. A vérifier :-)

Il me fait aussi rêver, en parlant des installations HI-FI qu'il a fait récemment, d'ensembles à plus de 50 000€. Je repars de la boutique, la tête ailleurs.


Conclusion


On a bien a faire à deux gammes différentes. Le RS1, pourtant bon, fait pâle figure face à ses deux grand frères. Je trouve par contre les deux autres assez complémentaires, le GS1000 proposant une écoute colorée et reposante (un OVNI dans la gamme Grado), alors que le PS1000 mise tout sur les détails. Reste la question du prix : le PS1000 valant presque le double du GS1000, passer de l'un à l'autre méritera une réflexion approfondie.


Posted by St3rk | Permanent link | File under: musique
- - - -

2011-07-19 13:49

Lettre contre la formation cisco en IUT

your ad here

Monsieur,

Je vous écris cette lettre suite à la publi-formation cisco que j'ai subi durant les semestres 1 et 2. Je voudrais vous indiquer à quel point je trouve cette formation anti-pédagogique.

Beaucoup d'efforts sont faits dans l'établissement afin de donner une certaine ouverture d'esprit aux étudiants. Dans le plupart des matières, la formation théorique reste assez neutre, puis les travaux pratiques nous permettent d'expérimenter différentes solutions.

Cette approche, consistant à enseigner aux étudiants un "socle" neutre, puis à leur présenter différents outils, ne peut être que bénéfique : non seulement ils ont des chances d'y être confrontés dans leur vie professionnelle, mais peut-être que leur rôle sera aussi de choisir parmi ces différentes solutions au sein de leur entreprise.

En fournissant une formation délibérément orientée pour une marque, vous jouez son jeu. Vous lui offrez un petit morceau du cerveau, précieux car encore malléable mais bientôt figé, de chaque étudiant.

En espérant que vous prendrez en compte cet avis, je vous prie d'agréer, Monsieur, mes respectueuses salutations.

Envoyé par email le 18/07/2011 à mon professeur de réseau. Déléguer deux module de formation à une entreprise privée me parait inacceptable.
Je n'ai pas parlé de l'interface propriétaire entièrement en flash histoire de ne pas passer pour un "intégriste du libre".


Posted by St3rk | Permanent link | File under: humeur
- - - -

2011-07-13 16:34

Slackware : activer le support de l'AAC dans audacious

Ipoo
source de l'image : Paul Roberts (http://www.nohypehere.co.uk/)

Bon, alors je vais commencer par me défendre, sinon je vais finir attaché avec de la ficelle bleue et traîné derrière un tracteur John Deere.

C'est vrai que l'AAC n'est pas un format libre : même s'il est standard, les fabricants de matériels ou de logiciels capables de d'encoder ou de décoder de l'AAC doivent payer une licence. C'est vrai aussi qu'il est lossy., et qu'il s'est répandu principalement grâce à Itunes©™. Mais parfois, après de longues minutes à rechercher un album, on fini par céder à la facilité. C'est ce qui m'est arrivé récemment avec la compilation des chansons de Karmin.

Mais au moment de lancer la lecture, un beau message d'erreur :

Aucun décodeur trouvé pour file:///home/...

Un tour sur linuxquestions.org m'apprend qu'audacious ne contient plus de copie de faad2 (librairie permettant le décodage de l'AAC). Comme Slackware ne l'intègre pas non-plus, le package audacious n'est pas capable de lire l'AAC.

Heureusement, il est facile de remédier à ce problème.


Compiler et installer faad2


Télécharger la slackbuild et l'extraire. Pour slackware 13.37 :

$ wget http://slackbuilds.org/slackbuilds/13.37/audio/faad2.tar.gz
$ tar xvzf faad2.tar.gz

Aller ensuite sur le site slackbuilds.org et télécharger les sources correspondantes. Les enregistrer dans le dossier faad2 qui vient d'être créé. Il faut maintenant le compiler (vous utilisez certainement fakeroot pour des raisons de sécurité) :

$ cd faad2
$ fakeroot ./faad2.SlackBuild

Se logger en en root et installer le paquet (en root) :

# upgradepkg --install-new /tmp/faad2*.tgz

Désinstaller, compiler, et ré-installer audacious-plugins


Désinstaller le package audacious-plugins (en root) :

# slackpkg remove audacious-plugins

Télécharger les sources d'audacious-plugins sur un serveur miroir de Slackware, et les compiler (l'URL est valable pour la release 13.37) :

$ wget -r -nH --cut-dir=7 --no-parent http://ftp.lip6.fr/pub/linux/distributions/slackware/slackware-13.37/source/xap/audacious-plugins/
$ cd audacious-plugins
$ chmod +x audacious-plugins.SlackBuild
$ fakeroot ./audacious-plugins.SlackBuild

On peut maintenant installer notre package :

# upgradepkg --install-new /tmp/audacious-plugins*.txz

Vous pouvez maintenant profiter de ce plaisir coupable : écouter de la musique encodée en AAC :-)


Posted by St3rk | Permanent link | File under: linux, musique, slackware
- - - -